Partagez | .
 

 Un vent de renouveau | Konoha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Megumi

Ninja Inconnu

avatar

Messages : 754
Date d'inscription : 16/03/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Points Cadeaux:
70/70  (70/70)
Réputation: 0
Ryos: 100

MessageSujet: Un vent de renouveau | Konoha   Mer 27 Mar - 19:42

Une fois les divers préparatifs complétés, nous avions fait route vers la tour de l’Hokage. Ou devrais-je plutôt dire ma future tour. J’étais déjà passée devant à une ou deux reprises, mais elle me semblait plus imposante que jamais, faisant peser sur moi le poids de mes futures responsabilités. Je pouvais le faire, j’étais une femme forte et j’avais été élevée la majeure partie de ma vie pour intégrer un jour la vie politique. Il était impossible que les choses ne se passent pas bien, ou du moins c’était plus rassurant de penser ainsi. Une kunoichi aux courts cheveux noirs m’accueillit et nous emmena au bureau de l’Hokage. Nous gravîmes les marches dans un silence solennel. Les gens ne tarderaient pas à commencer à arriver pour essayer d’apercevoir l’individu qui avait été sélectionné pour combler le poste. Le stress commençait à m’envahir et ma sœur pris ma main dans la sienne, consciente que ce jour serait des plus importants pour moi.

Une fois arrivée à destination, je pus voir que plusieurs ninjas nous attendaient, sans doute des membres de l’Anbu chargés de ma protection. Ça, c’était un principe que je ne comprenais pas du tout. Le Kage n’est-il pas supposé être le ninja le plus puissant du village? Celui qui donne tout ce qu’il a pour protéger ses citoyens et donc ses ninjas? Alors pourquoi était-ce l’inverse? Pourquoi me protégeaient-ils moi? Mais bon, j’aurais sans doute tout le temps nécessaire pour rectifier cela plus tard, me dis-je alors que ma sœur plaçait la toge blanche par-dessus mes vêtements. Elle était toutefois ouverte et, en dessous, on pouvait entrevoir mes vêtements de ninja. C’était parfait comme ça. Je ne voulais pas qu’ils me voient comme un être distant et différent d’eux. J’étais une ninja de Konoha no kuni au même titre qu’eux et j’étais prête à tout donner pour n’importe lequel de ces hommes et de ces femmes.

D’ailleurs, on s’apprêtait à me diriger vers le balcon pour que je puisse faire ma toute première entrée en scène. Cette fois, je ne me privai pas pour manifester mon incompréhension. Ma sœur me rappela vite fait que c’était pour asseoir mon autorité et ce genre de choses de politiciens. Oui, je le savais ça. Et justement. Je ne leur étais pas supérieure. Nous étions tous des membres d’une même grande famille qui allait se serrer les coudes pour passer au travers de tout ce que la vie nous enverrait. À l’image de l’ancienne Hokage qui était partie pour sa sœur, nous nous protégerions les uns les autres. Je leur demandai donc de changer de programme. J’allais apparaître par la porte d’entrée de l’édifice. Ils furent surpris, mais obtempérèrent et se dépêchèrent à préparer une petite estrade. Ainsi, je n’aurais environ que deux têtes de plus que la foule. Assez pour être visible, mais pas trop pour être également accessible. Et puis, avais-je réellement à craindre de mon propre village? Ce serait tout à fait ridicule.

Ma sœur sortit par la porte arrière, se dépêchant d’aller rejoindre Yukio dans la foule. Pour ma part, je jetai un œil nerveux à l’extérieur par une fenêtre, bougeant à peine le rideau en place. Dehors, des dizaines de gens se pressaient pour assister à la nomination officielle de l’Hokage. Je pris une grande inspiration. J’étais seule contre la foule. Non, c’était faux. J’étais seule avec la foule. Il reviendrait à moi de les captiver, de les faire vibrer au son de mes paroles sincères et emplies de détermination. Je devais donner foi à mon public. Leur donner envie de croire en moi autant que j’avais envie de croire en eux. C’est donc avec cette pensée que je jetai mon discours dans une corbeille à papier et que je mis mon chapeau en place. Je pouvais y arriver et ce, par moi-même. J’étais née pour y arriver. Deux ninjas ouvrirent les grandes portes et un grand carré lumineux se découpa. C’était le moment de vérité, me dis-je en sortant de l’ombre pour arriver devant tous ces visages impatients. Je me tins droite, devant la foule qui était maintenant devenue plus calme, plus silencieuse. Attendant impatiemment mon discours. Miraculeusement, tout mon stress disparu et c’est avec un sourire déterminé que je retirai mon chapeau, dévoilant à tous ma longue chevelure d’ébène et mon visage de fille comme les autres. La foule ne réagit pas énormément, sauf peut-être dans le coin de Yukio et de ma sœur, mais je n’osai pas regarder. La masse de Konohaiens était tout ce qui importait pour l’instant et j’allais devoir me présenter à ma nouvelle famille.


- Chers enfants du pays du Feu, merci d’être venus en si grand nombre. Vous savez sans doute tous pourquoi nous sommes ici aujourd’hui. Akemi Aburame, Nidaime Hokage, est partie en quête de quelque chose d’important. Elle est partie à la recherche de sa sœur bien aimé qui a malheureusement disparu et pour cela, je la respecte énormément car je sais. Oui, je sais qu’elle aurait fait la même chose pour n’importe lequel d’entre nous car elle était une grande femme et ce, peu importe ce qu’elle aurait pu en dire.

Je marquai une légère pause, laissant à tous le temps de bien comprendre le sens de mes paroles et de se recueillir sur l’ancienne Hokage qui avait malheureusement du nous quitter dans de tristes circonstances.

- Je me tiens donc ici aujourd’hui pour perdurer sa mémoire. Parce que même si elle n’est plus là pour nous, elle reste présente dans nos cœurs et nous devons l’honorer. Cette grande famille qu’est le village de la feuille doit continuer à prospérer. Nous devrons nous entraider, apprendre à compter les uns sur les autres et à ne jamais douter. Parce qu’il y aura toujours quelqu’un ici, pour nous aider. Parce que la Volonté du feu, c’est celle de ne jamais abandonner nos êtres chers et de nous battre jusqu’au bout pour défendre ce que nous aimons et aujourd’hui, c’est dans ce but que je me présente à vous. Je n’aurai pas la prétention de me déclarer dirigeante de ce village, non. Nous sommes tous ici des égaux et c’est ainsi que je me présente à vous, comme une amie. Et je vous fais le serment de donner tout ce que j’ai, de me battre jusqu’à mon dernier souffle et de dédier ma vie entière pour la paix de ce village. Ma porte vous sera toujours ouverte et je serai là, en pleine nuit s’il le faut, pour écouter vos inquiétudes et vous accompagner dans les épreuves que vous traverserez. Parce que c’est mon devoir de veiller sur chacun d’entre vous. Je me nomme Rukia Len Oerba et je suis votre Godaime Hokage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oerba Dia Yukio

Ninja Inconnu

avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 14/03/2013
Age : 28

Feuille de personnage
Points Cadeaux:
9/9  (9/9)
Réputation: 0
Ryos: 0

MessageSujet: Re: Un vent de renouveau | Konoha   Mer 27 Mar - 23:16

    Bon alors Yukio, qu’est ce que tu attends au final ? N’est-ce pas aujourd’hui qu’est nommé le nouvel Hokage ? Il parait que l’ancien à disparu entre temps et maintenant que tu es à Konoha, tu dois bien être intéressé, tu vas t’y rendre n’est-ce-pas ? Je te rappelle en passant que c’est grâce à l’hokage que tu obtiendras du travail pour payer ce que tu as à payer, et puis cet événement sera l’occasion de revoir Rukia, elle sera surement dans la foule elle aussi tu ne penses pas ?... Oui je le sais ça, plusieurs jours que tu ne l’a pas vu sans même qu’elle te donne la moindre raison, mais bon ce serait là l’occasion rêver de la retrouver et de lui demander pourquoi elle est partit comme ça sans rien te dire... Je le sais ça, j’ai toujours des bonnes idées en même temps faut bien le reconnaitre, et ce n’est pas prêt de changer ça... La ferme tête de nœuds, pour qui tu te prends là ? Je vais te le dire une fois de plus, si tu existe c’est uniquement grâce à moi, tâche de ne pas l’oublier ça !... Tss sale tâche, tu penses réellement que s’en moi les gens s’intéresseraient un temps soit peu à toi ? Arrêtes donc de délirer, tu n’es rien de plus qu’un homme parmi tant d’autre dans ce monde, sans moi ta place n’aurait pas été assuré, tu serais ailleurs ou en tout cas personne ne s’intéresserait à ce qu’il peut bien t’arriver. Arrêtes donc de te penser supérieur en tout point, sans moins tu ne vaudrais rien ! Bref, tu ferais mieux de te bouger le cul, la cérémonie de découverte du nouvel Hokage va commencer, et si tu oses penser ne cerais-ce qu’une seconde qu’ils vont t’attendre alors là tu peux te mettre le doigt dans l’œil, ils en ont rien à foutre qu’il y ait ou non des absent, crois moi. Allez go, on bouge de là, on se dépêche, pas le temps de lambiner, allez, allez, allez !

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Bon ce n’est pas tout ça, mais je crois qu’il a raison pour le coup. Je m’étais difficilement lever ce matin, j’avais comme l’impression que la solitude me pesait, d’autant plus que cette solitude m’était inconnu, je n’arrivais pas à comprendre son choix, elle est partit, stop, rien de plus, je ne sais rien d’autre, pourquoi ? [Tu te poses trop de questions Yukio, travail Utako au corps pour savoir.] Pas bête l’asperge. Je m’étais donc levé malgré la difficulté et le fait que mes jambes soient aussi lourdes que du plomb, je n’avais pas pris le temps de réfléchir à quoi que ce soit que j’étais déjà partit prendre ma douche. [En même temps tu n’es pas créer pour réfléchir, tu n’as jamais su réfléchir, laisses cela aux personnes compétentes s’il te plait.] Tss, enfoiré. Le rendez-vous avait été donné, en plein centre ville donc, c’est là que les gens comme moi devrais ce rendre. Prenant patiemment ma douche dans cette habitation qui était censé accueillir plus d’une personne, je cherchais malgré des réponses, pourquoi un départ précipiter, pourquoi aucune nouvelle, vais-je la revoir ? Utako m’apportera t-elle les réponses à mes questions si jamais je la trouve ? Je me prenais certainement trop la tête, mais je n’y pouvais rien, mais c’est ainsi que les choses se déroulaient dans ce genre de moment après tout.

    Sortant de la douche et me séchant habillement, j’enfilais ma tenue vestimentaire habituellement, mon pantalon ainsi que ma première veste que j’attachais particulièrement bien. Je passais par la chambre afin de refaire le lit et me dirigeais à l’entrée. Enfilant mes chaussures, ma veste et mon bandana, il ne me restait plus qu’à mettre mes gants et me voilà prêt pour le départ. Fermant correctement la porte à clé derrière moi, je mis les mains dans mes poches et avançais. Je ne me pressais guère, je traversais plutôt tranquillement le village, regardant à nouveau chaque coin et recoin afin de m’assurer que je finirais par avoir tout vu dans ce village. Je ne me sentais pas tellement à l’aise ici c’est vrai, ce n’est pas Oerba, mais après tout je devais m’adapter, faire ici ce que je faisais là-bas, dans le fond ça en revient au même puisque j’ai Rukia au près de moi, du moins je le croyais avant ces quelques jours. [Oh hé, ça y est tu recommences ?] Mais non tête d’ampoule, je ne me tracasse pas l’esprit là, je fais comme toi, un simple constat. [Bon ok, ça va pour cette fois, je l’accorde.] Encore heureux oui, c’est mon histoire, ce n’est pas parce que tu retranscris pour avoir une trace écrite quelque part que tu dois tout gérer attention !

    Bref, passons au-delà de cette petite parenthèse, n’en oublions pas le sujet principale merci. Après plusieurs longues et interminables minutes de marche, je finis par arrivé en plein centre ville, il y avait déjà foule pour l’événement, mais je réussi tout de même à me faire une place à l’avant même de la place, parfait je pouvais ainsi rester là, aux premières loges, je pourrais admirer ce nouveau chef de la tête aux pieds. Petit à petit plus de monde encore arrivait, et bientôt je fus rejoindre par une jeune femme de trois ans ma cadette, une charmante brunette, Rukia ? Malheureusement non, plutôt sa sœur, Utako. Je voulu lui poser des questions mais elle me fit rapidement signe de ne rien dire et d’attendre, que nous parlerions après la présentation. C’est fou, mais je n’y croyais même pas. C’est d’ailleurs à ce même moment que la personne en question sortit, l’ombre et la lumière se mêlèrent quelque peu avant de laisser la silhouette devenir complètement visible. RU-CHAN !? Qu’est-ce-que ? Comment est-ce possible ? Utako arborait un large sourire à mes côtés, elle était heureuse, tant mieux pour elle. Moi de mon côté j’étais partager, je ne savais pas, je ne savais plus. Qu’est ce que je devais ressentir à ce moment précis ? Être heureux pour elle ? Ça se pourrait bien, mais pourquoi me l’avoir caché ? Pourquoi m’avoir fuit ? Est-ce donc tout ce que je lui inspire ? Quelqu’un qui irait lui mettre des bâtons dans les roues ? Moi qui pensais que l’on se comprenait, que l’on ne se cachait rien, il semblerait que je me sois lourdement trompé. Malgré tout je la laissais parler, elle rendit d’abord hommage à l’ancienne Hokage, c’était la moindre des choses et bien que je ne la connaisse pas, je suis sur qu’elle était une chef exemplaire, dommage qu’elle est été amené à disparaitre de la sorte. M’enfin, je ne me fais guère de soucis, nous la retrouverons surement un jour. [Un jour peut-être, mais ne te fais pas non plus de faux espoirs, fais moi confiance, je sais de quoi je parle.] Cesse de me démoraliser s’il te plait.

    Finalement il fut venu le temps de faire enfin son dialogue de présentation, l’avait elle préparer ou non ? Finalement que dois-je faire moi ? Boarf je vais attendre, par curiosité de savoir ce qu’elle va bien pouvoir leurs raconter. Je la connais mieux que quiconque ici et j’ai peur de ne pas être étonné par ce que je vais entendre, m’enfin... Elle aborda la volonté du feu, de cette manière elle marquerait beaucoup de points ici puis affirma vouloir continuer l’œuvre de l’ancienne Hokage également. Une vrai politicienne, vendre du rêve, elle a donc enfin réussi à faire ce pour quoi elle est née. Elle se présenta comme une amie, quelqu’un sur qui tout le monde pourrait compter ici et j’en passe des meilleurs jusqu’à donner son nom. Je tournais les talons et pris le départ quand une main se posa sur mon épaule, Utako. Tss, comme ci j’avais du temps à perdre. Je repoussais sa main assès rapidement et traversais la foule pour partir, si elle a mit une marge entre nous pour le préparer je peux le concevoir, mais ne pas juger bon d’au moins m’en prévenir, pourquoi ? Plus rien à faire ici, je me casse, j’irais défouler mes bras ailleurs tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un vent de renouveau | Konoha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Cimetière de Konoha
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Allez viens j't'emmène au vent || Brooke ♣

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Katana RPG :: Archives :: Le RP :: Konoha :: Bureau du Hokage-