Partagez | .
 

  Une course sous la lune [Pv Inuzuka Sakushin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: Une course sous la lune [Pv Inuzuka Sakushin]   Mar 16 Avr - 2:21


    Cette nuit, Seki n'a pas pu fermer les yeux. Elle ne supporte plus l'absence de son père. Ne pouvant pas dormir, Seki a rangé sa chambre jusqu'à ce qu'elle soit parfaitement impeccable. Une heure, peut-être deux heures a passé. Seki nettoie maintenant son équipement. Elle décide après ça d'aller prendre une douche. Seulement voilà, alors que l'eau la submerge, des souvenirs remontent en elle.

      - Papa !

      Une petite fille de précipite dans les bras de son père.

      - Ma princesse.

      Elle le serre fort, elle a peur. Il sourit, il ne sait pas à quel point elle a besoin de lui.


    L'eau coule. Une larme tombe par terre.



      - Bon j'y vais, je vais être en retard.
      - Prend soin de toi chéri. Seki, dit au revoir à Papa.

      Une petite fille s'approche de l'homme qui s'est assied pour mettre ses chaussures. Il la regarde en souriant. Elle prends peur et se cache. Lorsqu'il se lève et qu'il pose sa main sur la poignée de la porte, il sent deux petites mains lui attraper la jambe.

      - Pa-pa

      La surprise le paralyse. Il pose sa main dans les cheveux de la jeune fille en souriant.

      - A ce soir, Seki.

      L'homme ouvre la porte. La jeune fille reste devant et regarde la porte se fermer sans comprendre pourquoi, on lui enlève sans cesse son père.



    Une autre larme arrive puis une autre et encore une autre. Au final, Seki font en larme. Le bruit de l'eau couvre sa tristesse. Elle a envie de crier et d'aller le chercher, aussi loin soit-il.

    Une fois la douche fini, Seki s'habille. Elle se laisse tomber sur son lit et pense à son père encore une fois. Et s'il était mort ? Elle finit par s'endormir.

    Le lendemain, c'est sa mère qui la réveille. La mère de Seki, c'est une femme très fragile. Elle est devenue encore plus fragile depuis que son mari est parti. Seki ouvre les yeux. Elle aperçoit sa mère qui ouvre les fenêtres. Tout à l'air normal et paisible. Tout semble si naturel. Comment reprocher aux autres d'être si joyeux lorsque notre monde se consume peu à peu ? Après tout, ils ne savent pas.

    Le petit déjeuner se passe sans encombre. L'ambiance est toujours aussi froide. Mère et fille ne se parlent plus. Toutes deux semblent se comprendre, normal, puisqu'elles pensent désespérément au même homme. Seki n'aime pas cette ambiance. C'est pourquoi, elle passe du temps avec les enfants. Il faut dire qu'ils sont son seul refuge dans cette période noire.

    Le petit déjeuner prit, Seki s'échappe de chez elle. Elle va s'entrainer. Elle s'occupe. Elle pense à autre chose. La journée passe. Seki s'assoit sur un banc, devant un lac. Là, un groupe d'enfant vienne la voir. Elle accepte de jouer avec eux. Le soleil se couche doucement.

    Seki raccompagne les enfants chez eux, un à un. Lorsqu'elle dépose le dernier enfant , elle s'aperçoit qu'il en manque un. Elle le cherche sans trop s'angoisser. Il est fort possible pour que le petit garnement lui fasse une mauvaise blague. Seulement voilà, un cri provenant des portes de Suna se fait entendre.

    Seki court vers le bruit. Elle aperçoit le kidnappeur et l'enfant. Le ninja franchit les murs de Suna, Seki le suit. La course poursuite est lancée. Le ciel s'assombrit et la lune apparait. Ayant joué avec les enfants un peu plus tôt, Seki commence à ressentir un point de côté. Elle regarde l'enfant et trouve la force de continuer. Les minutes s'écoulent. Soudain, elle sent une goutte s'écraser sur sa joue.

    - Sempei... non... laissez moi... c'est pas grave... Fuyez !

    L'enfant est en larme. Seki serre ses mains.

    - Hors de question !

    Les deux ninjas continuent leur course. Visiblement le ninja devant Seki n'est pas accompagné, sinon elle aurait eu des problèmes. La nuit tombe. Seki continue sa course. Devant elle, le ninja ne s'est pas arrêté pour dormir. Ils continuent leur course, malgré la fatigue. Le lendemain, le rythme s'est ralenti. La distance s'agrandit entre Seki et le kidnappeur. Elle n'a plus beaucoup de chakra, mais elle décide quand même de continuer. La matinée passe, mais l'après-midi est insupportable. La fatigue se fait de plus en plus sentir. La réserve de chakra de Seki est faible. Elle s'arrête. Elle trouve un abri et se repose. La nuit est tombée quand elle reprends son chemin. Au loin, un cri se fait entendre, c'est le garçon qui l'appelle désespérément. A-t-il seulement pu dormir ?

    La course continue. Il semble que le ninja devant elle se soit également reposé. Il doit sentir la présence de Seki. En même temps, elle est tellement énervée. Deux nuits et une journée se sont écoulés depuis l'enlèvement du gamin. Dans un jour, ils auront franchi Konoha.

    La nuit passe assez rapidement. Seki ne lâche pas le morceau. Elle continue et cette fois, elle espère mettre un terme à cette course. Les rayons du soleil apparaissent. Les deux ninjas sont encore entrain de courir. Ni l'un, ni l'autre ne s'arrête.

    A la fin de la journée, alors que le ciel devient noir, ils passent devant Konoha. La lune les éclaire. La distance entre le ninja et Seki commence à s'allonger. Elle fatigue, mais se force à tenir pour l'enfant.

    Quelques temps plus tard, ils arrivent sur les plaines. Le ninja s'arrête. Il se retourne vers Seki. Elle est essoufflée.

    - Qui aurait cru qu'une femme... *dévisage Seki* ...aurait pu me suivre jusqu'ici.

    - ...

    - Sempei !

    En un claquement le gamin est assommé.

    - Vous allez me le payer !

    Le ninja regarde Seki en souriant.

    - Vraiment ?

    Sous la colère Seki commence à faire des signes.

    - Fuuton, Juuha Shou !

    Une lame de vent se dirige vers le ninja qui l'évite sans problème. Le retour de la lame lui réservant moins de chance et lui entaille légèrement le bras.

    - Oh, une kunoichi de Suna apparemment et visiblement en colère. Quelle chance j'ai.

    Le ninja lance un kunai. Il se plante dans le bras de Seki, l'immobilisant. Le kunai est relié à un fil qui pompe le chakra à vitesse grand V. Seki attrape le kunai et le retire difficilement. Lorsqu'elle le jette devant elle, un autre Kunai se plante dans son bras. Avant avant qu'elle n'est le temps de dire ouf, le ninja lui fait face et lui entaille sérieusement l'épaule avec un kunai "normal". Seki se recule de quelques pas puis, elle s'éloigne de son agresseur le plus possible. Du sang coule sur ses vêtements. Elle saigne.

    - Que dis-tu de ça, kunoichi ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Une course sous la lune [Pv Inuzuka Sakushin]   Sam 20 Avr - 1:44

En ce jour, ma première journée au sein de la garde commença. Quelle belle nouvelle, cette journée serait mienne. Et j’espérais tellement qu'il y ai de l'action en ce jour, histoire de fêter dignement mon entrée. La garde était divisée en deux groupes de quatre shinobis, et nous devions patrouiller toute la journée, ensuite, une équipe viendrait nous relayer pour patrouiller toute la nuit, une semaine sur deux, je travaillerais la nuit, voilà qui me va me filer un sommeil absolument décalé et tout ce qui s'en suit, cernes de cocaïnés, fatigue énorme, un défiler de pilules militaires dans mon estomac, enfin bref, le bonheur... La veille de ce jour qui restera à jamais gravée dans ma mémoire, Maruyama, mon père et moi sommes allés chercher un compagnon canin, Maruyama aurait donc un partenaire et moi aussi. Pour ce faire, nous sommes allés voir ma tante, Irika, l'éleveuse de notre clan, rien d'officiel mais elle a toujours des petits à disposition et les chiens de tout notre clan ou presque viennent de chez elle. Et pour une fois, il n'y avait aucun petit, quelques jeunes mais pas de chiots. Maruyama est on peut le dire un mâle dominant, il ne sautera jamais sur un autre chien sans raison, mais le mettre avec un autre mâle peut être légèrement dangereux pour la sécurité de toutes et tous, surtout si ils sont tous les deux avec moi, il voudront tous les deux être le « préféré » et finirai par se marcher dessus plus qu'autre chose. Il me fallait donc plutôt une femelle, une femelle qui devait plaire à Maruyama, c'était évident, on devait tous y trouver notre compte. Je dois avouer que ce fut assez long mais finalement, nous tombions d'accord et une femelle d'un an se joigna à notre équipe, elle était très petite comparé à Maruyama, elle m'arrivait à la hanche à l'époque, mais de la même race que Maruyama, aussi pouvait-on imaginer sa taille future. Bref, nous avions fêtés la bonne nouvelle et maintenant, c'était l'heure de se lever et d'aller travailler. Mon père m'a fait boire pour fêter l'évenement, bon dieu que le réveil fût difficile, maux de tête etc, ce qui fit beaucoup rire mon père, vous pensez bien. On est donc allés à notre première journée pour la Garde du Feu, moi avec une gueule de bois monstrueuse et Maru amusé par ma bêtise, notre nouvelle compagne que je nommais Irika en hommage à ma tante, semblait ne pas savoir ce qu'il en était, peut-être était-elle affolée par tant de stupidité.

La patrouille partait des portes du village et s'étendait au mieux à quelques lieues à la ronde et si action il y avait, dans tout le Pays du Feu, chose que j’espérais ardemment, espérer une telle chose était bizarre car, effectivement, avoir de l'action, c'est agréable mais en même temps, ça voudrait dire qu'il y a des problèmes et ça c'est tout de suite moins bien. Néanmoins, une bagarre n'aurait pas été de refus malgré ma gueule de bois et la jeunesse de notre nouvelle partenaire. Je ne pouvais en plus pas monter sur Maruyama, pour la simple et bonne raison qu'il était sur que je me prendrait des branches dans la gueule si je tentais pareil expérience. La patrouille commençait plutôt bien, ma gueule de bois se dissipait peu à peu et je reprenais tous mes moyens, je redevenais apte au combat. Voilà plusieurs heures que nous étions en route et rien ne semblait anormal. Nous faisions une halte dans une clairière, pas celle dont Maru et moi avions l'habitude malheureusement. Le chef d'équipe, un Jônin, semblait totalement chiant, il ne parlait presque pas et ne cherchait pas plus que ça à nous connaître, il ne voyais là que son devoir, comme si il ne retirait aucun plaisir à travailler dans cette unité. Je voyais ça comme une sorte de trahison, tant pis, je progresserai et je dirigerai moi-même l'unité plus tard, je m'en faisais le serment.

La journée fut donc assez longue, rien à signaler plus l'ambiance pas terrible de l'équipe, j'étais un peu déçus, mais bon, ce n'était que le début et on finirai bien par changer cette ambiance pour la rendre bien meilleure. J’espérais faire mes preuves le plus rapidement possible et bien sûr pouvoir passer sans encombre l'examen Jônin, c'est le minimum pour diriger cette unité ou au moins une des deux équipe la composant. C'était vraiment dommage que le chef actuel ne semblait pas motivé, sinon, je suis sûr que ça aurait été super dès le début. Enfin bref, lorsque la journée fût finie, je décidais de rester dehors. Maru et moi emmenions Irika dans notre clairière favorite afin d'aller s'y reposer un petit peu et qu'elle découvre l'ambiance magique de ce lieux. Effectivement, elle semblait adorer l'endroit et tant mieux, si cela pouvait continuer sur cette bonne lancée... Après quelques dizaines de minutes assis là à se reposer, nous décidions de nous promener un peu plus loin dans le pays, jusqu'aux plaines, afin de faire découvrir notre terrain de jeu habituel à Irika. Nous courrions à vive allure et visiblement, elle adorait, elle était en forme cette petite et ça se voyait, on ressentait qu'on s'attacherait vite énormément à elle et qu'elle prendrait une place importante dans notre famille. On avançait vite mais elle gardait le rythme sans avoir l'air de se fatiguer plus que nous, voilà qui était merveilleux. On arrivait aux plaines avec le même air de ravissement qu'auparavant, cependant, Maruyama s'arrêta net. Je reniflais donc un coup l'air et compris pourquoi il s'était arrêter, l'odeur de plusieurs personne à proximité de l'endroit où nous nous trouvions, peut-être un ou deux kilomètres, tout au plus. « Approchons nous en silence et lentement » murmurais-je à mes chiens. Les odeurs étaient en mouvement et elle se faisaient de plus en plus présentes, comme si ils se dirigeaient pile-poil vers nous. Nos pas se faisaient plus rapide, si c'était des ennemies du villages, je devais les supprimer, ou au moins les ralentir et donner l'alarme en envoyant Irika ou Maruyama, ou les deux. L'odeur devenait insoutenable et qui plus-est, elle était désormais immobile, on s'en rapprochait et nous dissimulions à la lisière de quelques arbres afin d'assister à la scène et si possible, recueillir des informations. Je voyais dorénavant la scène, devant moi, un homme, un shinobi à l'air menaçant, avec un enfant, très jeune, peut-être six ans à vue d’œil, face à lui, une jeune femme, à peine plus âgée que moi, la confrontation semblait inévitable, je n'avais pas tort, rapidement, le combat s'engagea. Je devais aller voir ça de plus prêt, peut-être l'un des deux était-il un allié de Konoha. En approchant, je vis que la jeune femme portait le signe Suna, donc alliée du village de la feuille... Nous devions intervenir, elle semblait blessée. Mes chiens et moi avancions, j'avais les mains dans les poches afin de paraître le plus décontracté possible. Je pris alors la parole à l'adresse du shinobi qui avait attaqué la kunoichi de Suna.


« Bonsoir trou du cul, tu sais que tu n'as techniquement pas le droit d'être là ! Je suis membre de la Garde du Feu et ci, c'est Konoha mon gars et ici, jamais tu ne t'en prendras à un shinobi allié. Enfin bref, tout ça pour dire que je te déclare en état d'arrestations et tout ce que tu tenteras te seras rendu au centuple. » Il ne semblait pas particulièrement me prendre au sérieux même si les chiens l'invitaient plus ou moins à ce taire. «  A présent, tu n'es plus face à une kunoichi, mais face à deux shinobis et deux chiens particulièrement coriaces. Si tu veux tenter de nous vaincre, tente, mais dans ce cas là, c'est la mort assurée, je puis te le promettre. »

Sans prendre le temps de parler, il sortis deux kunaïs et les lança sur moi assez rapidement, je ne put les esquiver qu'avec chance. Il ne bougeait plus à présent, il me fixait, comme pour me jauger du regard, si il pensait que j'allais baisser les bras, c'était vraiment mal me connaître et mal connaître les Konohajins en règle générale. Je lançais un regard à la kunoichi de Suna qui certes était blessée mais avait surtout l'air exténuée par un pénible voyage. Maruyama était toujours assis à ma gauche et Irika grognait, le regard sans crainte tourné vers l'ennemie. J'avais toujours les main dans les poches, ce qui me donnait un petit côté blasé par ce qu'il se passait plus qu'inquiet. Bien sûr, le stress était là, je ne savais pas ce que pouvait valoir l'homme en face, mais je ne voulais pas perdre la face, c'était sans doutes l'un de mes premiers vrais combats avec risque de mort. Je me décidais enfin à enlever les mots de mes poches et un sourire narquois se dessina sur le visage de mon adversaire. Je sortis trois pilules et mes chiens et moi en mangions chacun une. C'était partis pour la bagarre. Un fumigène et Maru et moi nous séparions, Irika restait aux côtés de Maru pour l'instant, nous ne nous étions pas encore entraînés ensemble. La voie de l'homme bête, je me métamorphosais en chien, je ressemblais d'avantage à Irika bien qu'un petit peu plus grand, avec un grognement à en faire trembler les baloches des dieux, nous foncions sur notre adversaire, visiblement déconcerté par ce type d'attaque. Je profitais de l'attaque pour poser plusieurs notes explosives sur lui et quand je revins quelques mètres plus loin, il explosa purement et simplement. Fier de mon combat, je ne pensais pas tout de suite à ce que je devais faire pour la kunoichi et l'enfant, visiblement assommé, j'entendais ses battements de cœurs, régulier, il dormait. Heureusement Irika était bien plus prévoyante que moi et elle alla se lover autour de l'enfant. Sur mon ordre, Maru avança vers la kunoichi afin de l'approcher de l'enfant. Je pris alors la parole, elle était blessé mais rien de très grave.

-  « Bonsoir, je me nomme Inuzuka Sakushin, je suis chuunin du village caché de Konoha, de la Garde du Feu. Que s'est-il passé et pourquoi es-tu si loin de Suna ? désires tu des soins ? Je n'ai pas de compétences particulière dans ce domaine mais je peux sans doutes t'amener à Konoha, ce n'est pas très loin et Maru pourra t'emmener vite. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Une course sous la lune [Pv Inuzuka Sakushin]   Dim 21 Avr - 19:03

Seki était blessée. Elle était fatiguée. Merde pensa-t-elle. Elle avait tellement couru qu'elle ne tenait plus debout. Elle fit un pas en grimaçant. Puis elle retira le kunai qui lui pompait son chakra. Bon sang ! Se dit-elle. Elle était prête à se battre jusqu'à ce que l'enfant soit libéré. C'est à dire, dans le cas précis, jusqu'à la mort. Seulement lorsqu'elle voulu se lancer, un type arriva. Il avait deux loups avec lui et il semblait décontracté.

« Bonsoir trou du cul, tu sais que tu n'as techniquement pas le droit d'être là ! Je suis membre de la Garde du Feu et ci, c'est Konoha mon gars et ici, jamais tu ne t'en prendras à un shinobi allié. Enfin bref, tout ça pour dire que je te déclare en état d'arrestations et tout ce que tu tenteras te seras rendu au centuple. » Il ne semblait pas particulièrement me prendre au sérieux même si les chiens l'invitaient plus ou moins à ce taire. « A présent, tu n'es plus face à une kunoichi, mais face à deux shinobis et deux chiens particulièrement coriaces. Si tu veux tenter de nous vaincre, tente, mais dans ce cas là, c'est la mort assurée, je puis te le promettre. »

Seki ouvrit de grands yeux, surprise. C'était un ninja de Konoha ? Ils sont tous aussi décontractés les ninjas de Konoha ? Seki pensa dans un premier temps, qu'il était complétement fou. Après avoir entendu le discours du garçon, elle fut un peu plus rassurée. Puis, après le discours, les deux hommes passèrent à l'action. Seki resta en arrière. Elle observa le combat. Finalement, il avait beau être un fou, il savait bien se battre. C'est sur cette pensée qu'elle alla rejoindre l'enfant. Elle s'agenouilla près de lui. Il était assommé. Il fallait attendre qu'il reprenne ces esprits. Seki était impuissante. Elle ne pensait plus à elle. Le ninja de Konoha, la ramena sur terre.

- « Bonsoir, je me nomme Inuzuka Sakushin, je suis chuunin du village caché de Konoha, de la Garde du Feu. Que s'est-il passé et pourquoi es-tu si loin de Suna ? désires tu des soins ? Je n'ai pas de compétences particulière dans ce domaine mais je peux sans doutes t'amener à Konoha, ce n'est pas très loin et Maru pourra t'emmener vite. »

Seki le regarda.

- Cet enfant a été kidnappé devant les portes de Suna. J'ai poursuivi son kidnappeur.

Elle fit une pause. Avait-elle besoin de soin ? Elle soupira "Je... vais bien." Elle regarda l'enfant. Elle était inquiète. Lorsqu'elle se leva. Elle trembla un peu avant de s'effondrer par terre, sur ses genoux. Elle n'avait plus de force. Elle paniqua intérieurement. Avant de sentir la fatigue l'envahir. "Finalement... je crois que... j'ai besoin de repos."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une course sous la lune [Pv Inuzuka Sakushin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une course sous la lune [Pv Inuzuka Sakushin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sous la lune éclatante [Libre]
» Cynthia
» Rendez-vous sous la lune (PV Mymy =3)
» Chanter sous la lune
» Sous la Lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Katana RPG :: Archives :: Le RP :: Les différents lieux :: Les plaines-