Partagez | .
 

 négociation musclé part 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Minato Namikaze

Ninja Inconnu

avatar

Messages : 164
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Points Cadeaux:
45/45  (45/45)
Réputation: 0
Ryos: 0

MessageSujet: négociation musclé part 2   Jeu 9 Mai - 11:55

Spoiler:
 

Je me trouvais en pleine méditation avec moi-même, dans mon esprit, j'étais bien, c'était un endroit calme, reposant là où l'inutilité trouvait sa place, je pouvais discuter avec ma propre personne voire même mes souvenirs. Il m'était arrivé de revoir Tsuna dans mes pensées, je cherchais à comprendre comment cela était-il encore possible. Nous nous étions séparés il y a quelques temps maintenant, il avait pu retrouvé son corps et... malheureusement, je n'en savais pas plus sur lui et ne préférai pas en savoir d'avantage. Si mon frère avait bel et bien su revenir d'entre les morts alors il ne serait pas seul, la chasse que nous allions entreprendre dans l'organisation... Malheureusement, Tsunayoshi ferait certainement partit de cette chasse. Secrètement, j'espérais qu'il puisse fuir ou du moins survivre.. Mais.. bien entendu, je n'irais pas à l'encontre de l'organisation, mon but était une paix réelle et durable et ce but, j'y arriverais par n'importe quel moyen. J'utiliserai n'importe qui et n'importe quoi pour ma vision utopique, je suis prêt à disparaître de la lumière afin de devenir l'ombre elle-même. N'est-ce pas ce que j'ai déjà fait, ce que je fais? Je vous laisse répondre à cette question.

Dans mon temple personnalisé, nous n'entendions rien. Seulement le silence ainsi que les légers cliquetis donnés par la pendule accroché au dessus de mon bureau. Cette nuit là, le vent soufflait fort, le temps était l'allégorie de la nervosité en comptant les cataractes qui tombaient par intermittence. La lune n'était aucunement visible, le ciel était couvert de nuages noirs et épais, il y avait un cumulonimbus tel, que nous savions qu'une tempête était proche. Intérieurement, je souriais car c'était avec ce temps que je me sentais le mieux. Tiens, c'était peut-être l'une des raisons qui me faisaient apprécier la compagnie de Pain. Cette petite pensée me tourmenta quelque peu l'esprit, me forçant à passer outre mes réflexions sur sa disparition, je ne comprenais toujours pas et sans doute que je le ferais le moment venu. Quand bien même, celle-ci avait été véritablement mystérieuse. Je savais seulement que Tobi l'avait "forcé" à partir, lui prenant sa place. Mais.. dans ce cas, pourquoi n'était il pas resté au sein de l'organisation, prenant place comme membre à part entière, comme compagnon? Trop de questions pour si peu de réponses.

Les intempéries, qui arrivaient par rafales, ouvrirent brutalement et avec vigueur ma fenêtre, la faisant se claquer contre un rondin qui avait pour but de soutenir mon temple ou, le toit de celui-ci. J'entendais un bruit de fracas: elle venait de se briser. Soudain, une bourrasque m'arriva en pleine figure, me faisant perdre mon équilibre. Je me retenais de la paume de mes mains avant de me lever et d'invoquer trois jeunes grenouilles. Gamatabi, Gamakichi et Gamatatsu. Je les saluai rapidement et pointai du doigt une armoire. Ils comprirent suffisamment vite que j'étais dans l'incapacité de bouger à cause de ma flemmardise aiguë. Deux lâchèrent un soupire plutôt légendaire tandis qu'un autre, Gamatabi, fit tout de même l'effort de voir ce qu'il y avait dans cette armoire. Le batracien ouvrit les deux battants. Sur une étagère il pouvait apercevoir une vitre ainsi qu'une mallette. La grenouille comprit très vite le pourquoi du comment elles avaient été invoqué. Oui, je les avais embauché, bien que gratuitement, comme bricoleuses. Tous rouspétèrent, disant qu'ils n'avaient pas signé pour ce genre de chose alors je leur rétorquai qu'il valait mieux que je les invoque pour des broutilles de ce genre plutôt que de me servir d'elles comme boucliers presque humain sur un champs de bataille. Le gloussement que j'entendais après l'avalement d'une mouche de Gamatatsu me fit comprendre qu'elles n'allaient pas rétorquer à cela, bien heureusement car je n'aurais sans doute pas trouvé une seconde excuses. Ils se mirent à bricoler ma fenêtre anciennement brisé. Il ne leur fallut pas moins d'une demi heure afin d'arriver à remettre en place une simple vitre dans un cadre en bois. Je me demandais où leur cerveau pouvait prendre place dans leur minuscule corps visqueux. Je faisais fuir cette pensée qui était tout à fait inutile et me remis en méditation après les avoir désinvoqué.

L'air s'était de nouveau réchauffé après être devenu partiellement frais à cause de ma fenêtre. Il y régnait maintenant une atmosphère plus chaude, plus.. chaleureuse. Me rappelant un peu lorsque ma mère me dorlotait, dans ses bras. Je m'y sentais bien, en sécurité, à l'abris de tout contrairement à maintenant. Qu'est ce que j'aurais aimé retourné dans ceux-ci, afin de laisser tout mon fardeau s'écrouler à mes côtés. Je secouais ma tête de droite à gauche, à une vitesse telle qu'elle me donna un léger tournis. Non, je ne pouvais penser quelque chose d'aussi absurde et lâche. Si je ne le fais pas, quelqu'un d'autre devra s'en charger et ce quelqu'un d'autre pourrait être un gamin, un simple gamin. Non, cette tâche est mienne et restera mienne jusqu'à son accomplissement. Je retrouvais ma volonté à cette simple pensée et attendais, patiemment, des nouveaux ordres. C'est alors que l'air devint froid, froid comme le vent glacial de la mort.

J'ouvrais mes paupières, la faible lumière de ma lanterne me chargea quelque peu la vue de par son halo. Une défragmentation était clairement visible en face de moi. Je connaissais ce que cela voulait dire et n'attendait donc pas: Je me levais rapidement et enfilai mon matériel de combat ainsi que mon manteau montrant mon appartenance à l'Akatsuki. A la fin, je récupérais la missive de Tobi dans le tourbillon, avant qu'elle ne tombe au sol. Je l'ouvrais et y lu ma prochaine mission. Il semblerait que Saizô c'était chargé d'un homme, qu'il l'avait tué mais... malheureusement, il n'avait pas assez bien vérifié. Il semblerait que la personne en question, Kusano Yotiri, n'avait pas trouvé la mort la fois dernière. Mon but était de terminer le boulot car nous faisions l'objet de certaines menaces. Celui-ci voulait nous vendre à certains pays, au plus offrant je dirais. Voilà ce que je n'appréciais guère chez les Hommes: bien souvent ils étaient opportunistes et faibles. Ils ne voulaient qu'être en sécurité et rien d'autre. Sans doute cherchait il la protection en échange de ses informations mais... aucune protection ne pourra me stopper et cela, quelle qu'elle soit. Je savais être le plus qualifier pour les missions d'infiltration dans l'akatsuki, je comprenais pourquoi je devais prendre part à celle-ci. Sans oublier Tobi, j'étais le seul capable de maîtriser un déplacement éclair, technique créée par mes soins, basée sur mon surnom d'éclair jaune. Je pouvais me téléporter, ce qui me donnait accès à une mobilité infinie. Je pouvais faire tourner en bourrique mes ennemis, leur faire perdre leur repère et encore, il valait mieux pour eux de prier afin de mourir sur le coup et de ne pas recevoir ma marque de Hiraishin sur le corps, sinon... je ne donnais pas cher de leurs membres. Enfin, toujours est-il que je sortais de mon temple pour prendre la direction de Kusa no Kuni, le pays de l'herbe, en ayant pour but de trouver le repère de ma cible.

Le vent soufflait fort, la fraîcheur nocturne mélangée à ce souffle me donnait la sensation que mes joues s'arrachaient. Les ténèbres étaient grands et vastes ce soir là, les yeux levés au ciel, je reçu une fine gouttelette au coin de l’œil gauche. Celle-ci tomba, coula le long de ma joue, imitant la route d'une larme salé. Le temps semblait comprendre ce qui allait se passer, le temps semblait donner des indications sur la suite des événements sans toutefois nous dire avec exactitude le futur. Peut-être devrais-je faire plus attention aux différents signes météorologiques ou naturelles. Peut-être est-ce le destin qui agissait d'une telle manière pour nous aider dans nos futures quêtes.. Ou peut-être pas, dans ce cas, celui-ci voulait sans doute prévenir ma cible qu'un malheur n'allait pas tarder à lui arriver mais... à rien ne servait cette prévention, le temps, la nature était tellement à grande échelle que nous ne pouvions savoir quelle(s) personne(s) ceux-ci visaient à travers leurs états. Nous étions trop nombreux pour arriver à déchiffrer les signes, nous avions seulement accès une science astrologique qui pouvait déjà nous en dire long sur le destin, et ce, depuis l'antiquité.

La pluie tomba soudainement, me mouillant de toute part et créant une terre plutôt boueuse. Je me mis à courir à travers les arbres, les yeux grands ouvertes afin ne pas risquer une attaque surprise -ce serait stupide à vrai dire-. Mes deux bras longeaient mon corps, respectivement, et se laissaient porter par la vitesse à laquelle j'allais, positionnant leur paume face à la pluie. J'avais une idée de l'endroit par lequel commencer: le lieu où Kusano aurait dû être mort. Très vite, j'y arrivais, cela ne faisait que trois jours que Saizô était revenu de sa mission. Des traces pourraient bien encore y être, il suffisait d'observer convenablement mais avec rigueur et vitesse, la pluie allait effacer toutes preuve.

Pour plus d'efficacité j'utilisais le multi clonage de l'ombre. Nous étions maintenant un bon millier de Minato dans une plaine, sous une pluie fracassante et dans un noir complet. Je sentais un clone se désinvoquai après quelques minutes: son expérience arriva très vite en moi. J'avais acquis ce qu'il avait vu, ce qu'il avait compris. A quelques mètres au sud se trouvait un bout de bois avec une couverture. Mon clone avait pensé à une substitution, je serais sans doute arrivé à la même conclusion, normal, il était moi et j'étais lui. Me rendant sur place, je pouvais observer ce rondin de bois. Je m'abaissai, me mettant dans une position accroupis puis étudiai celui-ci. Je trouvais rapidement une fine tâche de sang, ma cible avait bel et bien pu s'enfuir, j'en avais maintenant la preuve, maintenant le plus difficile restait à faire: il fallait que j'arrive à suivre ses traces, sachant que sa fuite date de trois jours. Avec sa blessure il ne pouvait pas aller bien loin, il devait certainement se planquer et tirer les ficelles au loin afin de prendre le moins de risque possible. Je me levais et donnai un autre à mes clones. Nous nous répartirons par secteur, cela me fatiguera, certes mais n'ayant absolument rien pouvant m'aider à retrouver le chemin de son repère, je décidai que c'était la meilleure solution que je pouvais tirer de cette situation. Arrivé à notre périmètre solitaire, chacun devrait utiliser sa technique de perception afin de pouvoir trouver d'éventuel amas de gens suspect, un petit groupe d'homme. Le résultat fut celui que j'escomptai: loin, au nord, pratiquement à la frontière de ce pays se trouvait une petite populace de personne. Certains faisaient un parcours dans une forêt non loin de cet amas de gens, qui paraissait être toujours le même. Il représentait certainement une ronde effectuée par les gardes du repère. Je me téléportai sur le clone le plus proche de cette position, celui les ayant découvert s'était fait disparaître afin de me donner plus rapidement les informations. Il fallait que je tue le plus rapidement possible l'homme qui nous menaçait, qui osait menacer la lune rouge. Cette pensée sera sa dernière, il trouvera sa propre lune écarlate dans très peu de temps, vraiment très peu. Je souriais à cette pensée.

Tout d'abord j'allais mettre fin au jour des veilleurs de nuits, je ne voulais attirer aucun soupçon et aucune personne. Avec mon expérience de maintenant, tuer deux personnes en pleine ronde se ferait sans trop de difficulté. Je m’apprêtais à la tâche avec une joie sans fin et une envie sanguinaire de mort enivrante. Je ne pouvais être arrêter, j'apprendrai à ces hommes ce qu'était la puissance, le pouvoir, la supériorité bien qu'inférieur numériquement parlant.

Je sautais de branche en branche, pendant deux ou trois minutes environs. J'arrivais très vite à voir les deux grades. La pluie s'intensifia. Je jetai un kunai derrière eux, un éclair vint éblouir la totalité du ciel obscure. Dans le même temps, je me téléportai sur mon kunai. Le tonnerre retentit. Il se retournèrent tout deux et s’arrêtèrent maintenant face à moi. La pluie avait mouillé la totalité de mon visage. De la buée sortait maintenant de ma bouche puis, un second éclair vint donner de la lumière à mon visage. Mes yeux se reflétèrent dans le brouillard nocturne accompagné de mon sourire. Les deux gardes ne cherchèrent pas à comprendre qui j'étais ou plutôt... ce que j'étais à ce moment là, ce fut bien triste pour eux car ils se jetèrent droit dans la gueule du loup en me fonçant littéralement dessus. Je ne bougeais pas et attendais qu'ils arrivent, lorsqu'ils furent plus ou moins proche de moi je composai des mudra. L'un abattit son sabre de haut en bas, afin de me trancher en deux certainement. Cependant, je fins un léger pas sur le côté: la lame passa à deux centimètres de moi, j'avais sentit la fraîcheur exercé par la vitesse de celle-ci. Je n'allais pas attendre encore plus, je touchai d'une main le torse de l'ennemi qui avait essayé de me trancher et lui posa un sceau d'invocation. Ses poumons furent totalement détruit, exterminé par la venu de Gamatabi. L'autre personnage qui était avec l'homme mort fut prit d'une once de courage car celui-ci essaya de recopier son défunt copain. Gamatabi se chargea de bloquer son katana quant à moi, j’apparaissais derrière l'ennemi, un kunai sous sa gorge.

" Ne fais rien de brusque ou je te tranche la gorge, tu ne pourras plus revoir ta famille, tu n'auras plus aucune utilité dans ce monde, ton existence s'effacera complètement car, après ta mort, je poursuivrai tes enfants et ta femme et les torturerai avant de leur faire oublier leur mémoire. J'ai la capacité de faire quelque chose d'aussi monstrueux et si tu ne m'obéis pas, je ne rechignerai pas à faire ce que je viens de te dire. "

Le garde pleurait, ses larmes étaient cachés par les pures gouttes céleste. Il acquiesçât légèrement de la tête, je pris ça pour un oui. Je dégageai ma prise sur lui. Il me demandait ce que j'attendais de lui et je lui expliquai sans perdre plus de temps. Je voulais qu'il me mène rapidement à ma cible. Nous partîmes donc dans le repère de celui-ci, j'étais transformé en son partenaire. Plusieurs fois nous passâmes à côté d'homme qui avait l'air plutôt musclés dans le repère, plusieurs fois mon otage eut envie de crier à l'aide mais très vite, je le rappelai à la raison en lui susurrant quelques atrocités que j'avais commis par le passé. J'avais misé sur le fait qu'il avait une famille et qu'il y tenait, heureusement pour moi, il avait l'air de l'aimer plus que tout. Cela me rappela pendant un court instant mes sentiments envers mon frère et Luna mais trêve de pensée futile, j'étais allé trop loin pour reculer. J'étais devenu un ennemi public du monde ninja, je me devais de continuer dans ce sens là ou alors tout les morts, tout les cadavres que j'avais laissé derrière moi n'auraient servit à rien. Finalement, après cette mûre réflexion, j'arrivais devant l'homme qui nous menaçait.

Bat les masques, je reprenais mon apparence d'origine. Je m'avançai en marchant, l'autre garde s'enfuit en courant à l'opposé de Kusano et moi même. Nous étions seuls, j'étais son destin, il le savait, il avait reconnu les nuages rouges et le manteau. Il se leva de ce qui semblait être un trône.

" Tu sais pourquoi je suis là. Tu as été prévenu, tu n'as pas su écouter la voie de la sagesse. Aujourd'hui, je suis la mort, tu es la poussière. Nous sommes des monstres, des machines, l'arrêt n'est pas une option, la vie ou la lumière non plus. Je vais mettre fin à tes jours comme il se doit, tu ne souffriras pas, ne t'inquiètes pas. "

Celui-ci n'avait plus aucune envie de vivre, peut-être était-ce parce qu'il s'était enfin rendu compte du fossé qui séparait la force de notre organisation et la sienne. Il tomba à terre et se trancha lui même ma gorge avec un sourire. Je n'avais pas eu la satisfaction de le tuer, il pensait que cela me ferait sans doute quelque chose. Quel pitoyable personnage, jusqu'à la fin. Je me retournai afin de partir par la grande porte. Des gardes me dépassèrent en courant et crièrent à la vue du corps gisant sur le sol. Je disparaissais dans un éclair jaune, un sourire arpentant mon visage. Mission terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

négociation musclé part 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Grands garçons musclés et bronzés
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Mentor/Apprentie Le Départ!
» Départ de Sybille pour Limoges {Nathan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Katana RPG :: Archives :: Le RP :: Les différents pays :: Kusa no Kuni-